© Editions Papillon
Tous droits réservés

René Gerber / Les Exigences de l’art

Dans Les exigences de l’art, aboutissement de soixante ans de réflexion consacrée à l’art, René Gerber s’interroge sur l’essence même de l’art qui est, selon lui, «indéfinissable dans son essence, sa source affective et imaginative» et, en même temps, «définissable dans sa réalisation, dans la chose faite». «L’œuvre d’art est la création d’une forme individuelle au moyen d’éléments appelés matériaux, lesquels sont de quatre sortes»: les substances solides, les substances appliquées, les sons et les bruits, les mots. Qu’est-ce qui fait qu’une œuvre est un chef-d’œuvre? Pour répondre à cette question capitale, il faut que quatre conditions soient remplies, à savoir: le style, la forme, l’individualité, la densité.
L’auteur porte sur les différentes disciplines artistiques au XXe siècle un regard critique, tentant, dans un esprit constructif, de distinguer dans ce foisonnement de réalisations les chefs-d’œuvre et les démarches authentiques de vrais artistes des modes passagères et diverses fumisteries. Il étaie son propos par une sélection de réflexions de nombreux artistes du XVIIIe au XXe siècle (Bach, Mozart, Schumann, Debussy, Delacroix, Cézanne, Picasso, Fini, Flaubert, Proust et bien d’autres).


René Gerber
René Gerber est né à Travers (canton de Neuchâtel, Suisse) le 29 juin 1908. Il obtient son baccalauréat scientifique au Gymnase cantonal de Neuchâtel et étudie dès 1929 à la Faculté de médecine de l’Université de Zurich. Il renonce à la médecine dentaire pour travailler au Conservatoire de Zurich. Il a comme maîtres Volkmar Andreae pour la composition et Paul Muller pour le contrepoint. Il se rend ensuite à l’Ecole Normale de musique de Paris où il suit les cours de Paul Dukas, Nadia Boulanger, Robert Siohan et Pierre Dupont. De 1940 à 1947, il assume la charge de professeur de musique au Collège latin de Neuchâtel. De 1947 à 1951, il dirige le Conservatoire de musique de Neuchâtel qu’il quitte pour se livrer entièrement à la composition et à sa galerie d’art qu’il fonde en 1950. Dès 1959, il réside à Bevaix. Son écriture musicale est à la fois tonale et modale avec quelques emprunts à la polytonalité. Il se sert des formes traditionnelles pour les œuvres qu’il qualifie de «spontanées» telles que la suite, la sonate, le concerto ou la fugue tandis que pour les œuvres issues d’une source spécifique, il recourt à des formes libres. Le catalogue de ses œuvres édité en 2002 comprend 233 œuvres (musique de chambre, concertos, musique symphonique, œuvres vocales dont 2 opéras). Il est décédé le 21 novembre 2006.


2003
ISBN: 2-940310-18-1
Prix: 50.- CHfrs

/
professional joomla template